Association

association
Association

Un des objectifs de l’Agence universitaire de la Francophonie est de faciliter les transferts d’expertise et de connaissances en xnxx favorisant notamment l’intégration des technologies éducatives dans les pratiques pédagogiques des enseignants. L’initiative « Micro-projet » s’inscrit dans cette démarche et vise à aider des enseignants du Sud à mettre en xhamster ligne tout ou partie d’un cours, dans une optique d’autoformation pour les étudiants.
Les enseignants et leurs universités restent propriétaires de leurs programmes, l’AUF acquérant, sous la forme d’une aide financière, les droits de diffusion et de distribution du cours ainsi réalisé, celui-ci étant gratuitement accessible à l’ensemble de xvideo la communauté scientifique.

Depuis le lancement du programme en 2002, les projets sélectionnés représentent quatre grandes catégories disciplinaires : informatique, électronique et communication, agronomie et sciences médicales, sciences fondamentales (chimie, mathématiques), sciences de la vie et de la terre et droit et économie.

Ce site original a été conçu redtube à l’initiative de l’Agence universitaire de la Francophonie afin de promouvoir la recherche historique africaine.

“Aussi longtemps que les lions n’auront pas leur historien, les récits de chasse tourneront toujours à la gloire du chasseur”, dit le proverbe africain. Il figure en exergue du nouveau site web “Histoire de l’Afrique de l’Ouest” qui a été inauguré le 25 novembre à cam4 Ouagadougou (Burkina Faso).

À l’initiative de la rectrice de l’Agence universitaire de la Francophonie, et dans le cadre du Xe Sommet de la Francophonie, la cérémonie inaugurale s’est déroulée au Campus numérique francophone de Ouagadougou, en présence du président de l’Université de Ouagadougou, Joseph Paré, du président de l’AUF, Jean du Bois de Gaudusson, du vice-recteur à sexe la régionalisation de l’AUF, Aloyse-Raymond Ndiaye, ainsi que du directeur adjoint de l’UFR sciences humaines de l’Université, Moussa Bantenga.

En présentant le nouveau site, le vice-recteur Ndiaye ainsi que le professeur Batenga ont indiqué qu’il a été conçu afin de promouvoir la recherche historique africaine, en mettant à la disposition des historiens ouest-africains un moyen pour diffuser plus largement et plus rapidement les résultats de leurs travaux et recherches, en complément de leurs publications.

Le site va également offrir un hentai soutien à la formation et à la recherche aux étudiants en histoire, et plus largement en sciences humaines et sociales, des universités africaines.

Se voulant un outil placé au service du développement de la discipline, le nouveau site servira aussi à promouvoir le développement et la consolidation de réseaux de chercheurs et d’historiens travaillant sur les sociétés africaines.

Le contenu scientifique du site a été élaboré par un comité de rédaction international composé de cinq pôles de rédaction en Afrique de salope l’Ouest, placés sous l’autorité d’un comité scientifique rassemblant des historiens du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Niger, du Sénégal, du Togo et de collègues basés au Canada et en France. Les équipes scientifiques et techniques ont été coordonnées, pour l’AUF, par l’historienne Lydia Samarbakhsh-Liberge.

D’un point de vue technique, la plateforme choisie pour ce site est une interface simple d’utilisation et intuitive qui offre de multiples possibilités aux historiens, administrateurs et rédacteurs du site.

L’AUF – par l’action de ses services centraux et des campus numériques de la zone concernée – a permis l’animation du travail du comité lesbienne scientifique et du comité de rédaction ainsi que la mise en oeuvre du nouveau site.

Le site sera remis aux partenaires du projet à l’issue d’une session de formation à son administration et à la rédaction, du 6 au 10 décembre à Ouagadougou.

En savoir plus * Site “Histoire de l’Afrique de l’Ouest”

Je me permets de vous écrire pour vous informer que malgré ma grande volonté d’organiser le forum France Afrique de communication notre association n’est pas arrivée à ses fins.

Nous avons repoussé la date pour le début du mois de mars 2005 afin de trouver les partenaires pour cette manifestation immense et riche pour notre métier. Une fois encore, je vous présente les sincères excuses de notre association et compte sur votre bonne compréhension. La Rencontre Internationale des Journalistes et Communicateurs Francophones d’Afrique se tiendra du 19 juillet au 14 août 2004 à Strasbourg, en france. L’objectif premier de cette rencontre est la création d’un réseau de partenaires et opérateurs des médias et structures de communication pouvant favoriser l’épanouissement socioprofessionnel des jeunes diplômés des écoles de journalisme et/ou de communication de France et/ou d’Afrique et permettre ainsi leur insertion dans le monde du travail par le biais des stages académiques, stages de recrutement, de correspondance et pige dans les médias et agences de communications destinés au public africain.

Enfin, favoriser leur retour ainsi que leur installation dans leur pays natal. Pour participer à cette rencontre, vous devez être soit: – Diplômé d’une école de journalisme et/ou de communication académiquement reconnue – Avoir une expérience d’au moins 3 ans dans la pratique d’un des métiers de la communication. – soit être responsable d’un médias ou d’une agence de communication. – Avoir le français en partage ou être membre d’une association francophone reconnue par une instance nationale du pays d’origine.

Le paludisme est la maladie parasitaire la plus répandue au monde. Elle est due à Plasmodium falciparum, agent pathogène transmis à l’homme par des moustiques. En Afrique, où le paludisme est endémique, les moustiques du genre Anopheles, qui comprend plusieurs groupes d’espèces, sont les vecteurs de cette maladie. En étudiant la systématique et la biologie de moustiques collectés au Cameroun, des chercheurs ont découvert, au sein du groupe d’espèces (1) Anopheles nili, pourtant déjà bien connu, une nouvelle espèce nommée A. ovengensis. Cette dernière, porteuse du parasite, joue localement un rôle dans la transmission de la maladie. L’approche scientifique adoptée, qui associe l’analyse morphologique à une analyse moléculaire, a par ailleurs permis d’identifier une nouvelle espèce, non vectrice, dans un autre groupe, Anopheles funestus. Ces études confirment l’importance de la caractérisation et de l’identification des insectes vecteurs dans la lutte contre le paludisme et la prévention de sa transmission.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *